Découvrez le Shine Yoga festival • 21 au 24 juin 2018 (Var)

Yoga shine Festival

Voilà ! Suis excitée comme un acarien au salon de la moquette : un nouveau festival yoga va naître ce vendredi 21 juin (journée internationale du yoga) dans le sud ! Près de Saint-Tropez, à Grimaud ! yeeeeepa !

Shine Yoga Festival

Créé par Claire Leriche, enseignante de Vinyasa, le festival se déroulera du 21 au 24 juin 2018, dans un site iiiiiiiidyllique : aux Prairies de la Mer (rien que les photos, je défaille), à Grimaud, avec un programme très varié et ôôôô combien alléchant.
Plusieurs styles de yoga sont proposés : Vinyasa, Ashtanga, Hatha, YinYoga, Kundalini yoga, acro(batique) yoga, yoga paddle, musique avec Kirtans, Gong bath (expérience magique racontée par Véronik), méditations, danse… Bref il y en aura visiblement pour tous les goûts et toutes les énergies.
« Kiffesque » : le truculent Mika de Brito, dont l’enseignement et la bonne humeur valent franchement le détour, sera présent. J’ai découvert ses cours il y a deux ans et je ne raterai pour rien au monde sa pratique du Vinyasa Krama !

Pourquoi aller à un festival yoga ?

Personnellement je trouve ça génial à plus d’un titre :
– c’est l’occasion de pratiquer plusieurs types de yoga que l’on ne trouve pas forcément près de chez soi, que l’on a jamais osé tester ou tout simplement que l’on ne connait pas
– c’est l’occasion de pratiquer plusieurs cours sur une journée et de découvrir que, contrairement à ce que l’on peut parfois croire quand on débute, nous avons de la ressource ! Attention cependant de se réserver des instants de récupération, d’alterner des cours « toniques » avec des cours « doux », n’hésitez pas pour cela à demander à l’enseignant comme va se dérouler sa pratique
– c’est l’occasion de découvrir d’autres types d’enseignement ! J’adore mes profs de yoga habituels, mais quand on change d’enseignant, on apprend plein de choses, on sort de sa zone de confort. J’ai souvent réussi des petits choses qui m’étaient jusqu’à alors impossible dans la posture, ou réussi à découvrir une intériorité plus intense, peut-être parce que j’étais aussi plus présente… L’inconnu demande souvent un peu plus de tension, d’attention, de vigilance
– c’est l’occasion de rencontrer des personnes qui ont les mêmes goûts ou la même passion que nous. La plupart sont dans le même état d’esprit : ouvert, envie de partager, beaucoup viennent seuls et sont ravis de papoter

Les festivals sont réservés à ceux qui ont déjà un super niveau

Pas du tout ! Vous seriez surpris ! Tous les niveaux sont mélangés et chacun fait en fonction de son corps, de ses envies, de ses limites. La posture n’est pas l’important (même si on aime aller toujours plus loin, soyons honnêtes), l’intériorité, ce qui se passe en nous voilà ce qui compte, par ailleurs être au milieu d’un groupe est toujours merveilleusement porteur.

C’est difficilement explicable mais dans les festivals ou stages que j’ai fait, il y a TOUJOURS eu un (parfois plusieurs) moment magique : une discussion, une posture, un souffle, un rire… Un moment où le temps s’est suspendu et dilaté, un instant que j’ai perçu comme étant du pur bonheur, de la félicité.

J’espère que ce nouveau festival me permettra de vivre encore l’un de ces moments, j’y serai le vendredi 22 pour tout vous raconter.

Shine Yoga Festival

Lieu : Les Prairies de la mer : 1910 Route du Littoral, 83310 Grimaud

Contact : Claire Leriche contact@shine-festival.fr

Tarifs
Ils comprennent uniquement les cours et la soirée. Pas d’hébergement, ni de restauration

Pass 1 jour : 85 €
Pass 2 jours (vendredi et samedi ou samedi et dimanche) : 130 €
Pass illimité (jeudi soir au dimanche) : 160 €

Découvrez le Shine Yoga festival • 21 au 24 juin 2018 (Var)
4.5 (90%) 2 votes

108 salutations au soleil ? Cap ou pas cap ?

108 salutations au soleil ! Cela m’a toujours paru hallucinant de faire ça.
108 fois le même enchainement !
Je me disais : « bonjour la condition physique ! » (et bonjour l’ennui aussi…).
Mais j’avoue avoir toujours été intriguée. Alors quand Karine, d’Ashtanga Yoga Toulon, a proposé d’accueillir le printemps avec les 108 salutations en plein air : why not ?

12h30 RDV à la Tour Royale à Toulon
Nous sommes nombreux, une trentaine. Je choisis une place d’où je puisse voir la mer. Le soleil est là, mais aussi le vent.
Visage tartiné d’écran total, emmitouflée, ok je suis prête.
Karine et son assistante, Emilie, nous expliquent que la pratique va être accessible à tous, nous donnent des petits conseils, ici pas de performance ! Inutile de compter le nombre de salutations réalisées, Karine s’en charge à l’aide d’un boulier : toutes les 27 salutations, elle nous indiquera où nous en sommes.
Nous sommes invités à nous focaliser sur nos ressentis, à rester centrés sur la pratique, à ne pas laisser le mental virevolter partout.

Mais pourquoi 108 salutations et pas 100 ou 110 ?

108 salutations dans le yoga, 108 perles dans un mala (le « collier de méditation), y-a-t-il une signification au nombre 108 ? C’est la question que j’ai posé à Karine, notre enseignante :
« 108 est un nombre symbolique, voire même sacré au sein de traditions aussi bien orientales (bouddhisme, taoïsme, astrologie chinoise…), qu’occidentales (Pythagore, Platon,Rabelais, franc maçonnerie…), et chacune revêt un grand nombre d’ explications.
La plus simple étant :
1 représente Dieu ou l’Unité
Le Tout, 0 représente le vide ou l’accomplissement de la pratique spirituelle
8 représente l’infini ou l’éternité

Les 108 salutations au soleil se font généralement à chaque changement de saison, le prochain atelier devrait avoir lieu le (ou aux environs du) 21 juin, cela tombe bien c’est la journée internationale du yoga (et de la fête de la musique) !

1ère salutation

Ce matin là j’étais en mode grincheuse, « yogiquement » inconcevable !
« – Y’a trop de soleil : je vais griller
– ya trop de vent : je vais attraper une pharyngite
– qu’est-ce que je fais là, à répétér 108 fois le même enchainement alors que j’ai 3 214 choses à faire plus urgentes ?
– la pelouse c’est joli, mais ce n’est pas complètement plat, je vais me démonter le dos alors que j’ai fait une séance d’ostéo hier !

Bref ! Totale résistance à ce qui se passe !
Pourtant il fait beau, la prof est sécurisante, nous guide avec bienveillance avec un rythme suffisamment lent pour que tout le monde suive, les gens sont sympas et souriants, c’est le wend de Pâques, la vie est belle.
Pourquoi geindre comme ça ?

27ème salutation

Honnêtement je ne me vois pas finir : « punaise encore 4 fois ça !!!! Je ne vais jamais tenir ! »
Et mon mental continue de râler :
« et patati et patata, et j’ai froid, et j’ai chaud, et j’ai mal aux poignets, ya une vilaine grosse pierre sous mon tapis qui me déséquilibre »

Etre dans la pratique, le moment présent m’est presque impossible : je résiste et multiplie les excuses intérieures pour ne pas avoir envie d’être là.
Pourtant le groupe, qui s’est peu à peu synchronisé, est porteur. Tout va bien ! Quelle belle sensation d’avancer, de « danser » tous ensemble, dans un même mouvement, un même souffle.
Et si mon « râlage » intérieur était en réalité de la peur ? La peur de ne pas y arriver ?

54ème salutation

« Ah ben la moitié, mais pfff encore autant, pas possible je vais lâcher… » Mon corps commence sérieusement à se rebiffer !
Suis-je la seule ? Cela semble facile pour les filles en face. Comme une évidence, elles sont dedans.
Karine nous guide moins, le groupe a pris le rythme, elle nous laisse nous immerger en nous-mêmes, présente sans être intrusive. Parfait. Elle nous motive subtilement en nous rappelant que l’on peut pauser en posture debout et reprendre avec le groupe quand on le souhaite.
Je déplace un peu mon tapis : c’est mieux. Parfois de petits ajustements changent le ressenti.

Comme le dit Karine dans ses cours d’ashtanga : « trouvez du confort dans l’inconfort, restez stable quand le mental ne demande qu’à s’emballer ».
Ok ! Motivée ! Motivée !

81ème salutation

Pas possible j’en suis déjà là ?
Finalement cela passe vite, même si je commence à avoir les muscles vraiment endoloris.

106, 107, 108

ça y est ! Je ne le crois pas ! Incroyable !
J’ai grimpé mon petit Everest personnel ! 108 salutations au soleil ! Je suis allée jusqu’au bout. En râlant, mais quand même !
Certains ont fait des pauses, d’autres se sont arrêtés, mais tout le monde a franchi sa montagne intérieure.
C’est le moment en Savasana, on se relaxe ! Allongée sur le dos, détendue, tous ces efforts semblent faire ressortir la beauté du ciel : ça y est : le calme intérieur se dévoile complètement.

Ce cours, un peu particulier, m’a fait (re)découvrir que je suis souvent ma pire ennemie : quand toutes les conditions sont réunies pour être bien, il y a une râleuse en moi qui prend les petits obstacles extérieurs, souvent insignifiants, comme autant de raisons de ne pas aller jusqu’au bout… Une sorte de loupe grossissante négative, qui m’entrave les neurones et les pieds.
Pourtant je sais bien que l’on est le seul maître à bord, seul décisionnaire de sa vie, de l’angle sous lequel on veut la voir. J’apprends chaque jour, que l’on peut atteindre son objectif, que tout ce qui ne va pas EXACTEMENT comme on le souhaite, fait partie du chemin. Et que parfois, souvent, nous n’avons que les limites que nous nous fixons, par peur, manque de confiance en soi.
Mais tout est déjà en nous, à notre portée et souvent, le yoga nous ouvre les yeux…

Prochain atelier 108 salutations pour accueillir l’été le 20 juin 2018 avec Ashtanga Yoga Toulon

108 salutations en Yoga

 

Les 108 salutations sont l’occasion parfaite de
tester sa résistance, certes physique, mais surtout mentale

 

débuter le yoga

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté »
Winston Churchill

108 salutations au soleil ? Cap ou pas cap ?
4.6 (92%) 5 votes

J’ai testé l’atelier Forrest Yoga « Equilibre & Inversion » avec Amie Mouneimné

8 h – Mettre le réveil un samedi matin…
Waaaatchaaaaaa…
Il n’y a guère que le yoga ou un voyage pour que cela soit acceptable.
Au programme : atelier Forrest Yoga de 3h : « Equilibre & Inversion ».
Petit-déj light, aucune envie de retrouver ma tartine en plein milieu d’une posture…

Te la péter en yoga, tu voudras

Je l’avoue, je rêve de faire les postures de dingues que l’on voit fleurir partout sur Instagram et consorts. Non pas pour les afficher sur les réseaux sociaux (encore que ^^) mais pour moi, la non sportive, la souple comme un verre de lampe, réussir ce type de postures me prouverait que j’ai progressé, que je me suis dépassée en réussissant quelque chose que je pensais inaccessible.
Ce n’est pas très « correctement yogique » comme pensée, car il ne faut pas rechercher la performance toussa toussa, mais quand même. Il me semble que nous sommes nombreux à vouloir découvrir jusqu’où l’on peut aller…

Mais bon, soyons honnête jusqu’au bout, les postures inversées ce n’est clairement pas mon point fort et je renâcle à les travailler…
Le principal obstacle n’est pas mon manque de souplesse ou de force mais ma PEUR. Intellectuellement pas de souci, mais ouiiiiii pas de problème, tout n’est qu’une question de technique, une fois acquise… pffffff galette.
Ben non.
Pas galette. On n’est jamais si fort (ou si faible) que l’on veut bien croire.
Si l’on veut savoir où l’on en est, rien ne vaut l’expérimentation.

 

Un super cours tu choisiras

L’atelier se déroule à Purnata Yoga (Association Yoga à Hyères-la Bayorre).
J’aime bien cette salle, agréable, zen. Les profs de l’asso que je connais pour avoir pratiqué des cours : Christophe, Stéphane, Karine sont ouverts, à l’écoute, pédagogues. Avec eux aussi je me sens bien. Encadrée, sécurisée.
Aujourd’hui Purnata accueille Amie Mouneimné, pour un atelier « Equilibre & Inversion ». Amie, merveilleux sourire, d’immenses yeux bleus qui percutent avec bienveillance, belle énergie. Yep, je sens que ça va le faire.

10h – A la demande d’Amie, les 18 élèves se mettent en cercle et déclinent : prénom, depuis combien de temps on pratique le yoga, si des blessures ou des faiblesses physiques sont à signaler. Elle explique un peu son parcours et nous parle de sa pratique le Forrest Yoga (késaco ?)

10h05 – c’est parti pour l’échauffement. Dynamique, très dynamique, il commence à faire chaud.
Christophe se dirige vers la clim pour couper le chauffage, mais Amie l’arrête. « C’est bien qu’il fasse chaud ». Cela promet…
Le rythme est soutenu, on enchaîne rapidement tout en restant longtemps dans les postures, mais sans « souffrance ». tout semble parfaitement dosé et rôdé.
N’ayant plus une pratique très régulière depuis des mois je me demande comment je vais tenir 3h… Je suis à fond, je transpire, j’ai du mal à trouver un rythme fluide.
On prépare le corps pour la première posture d’équilibre, un temps qui me semble long…
Moi qui pensait : hop hop hop on se chauffe 5 minutes et après on entre dans les équilibres/inversions que nenni…
Amie nous prépare consciencieusement. Très consciencieusement. Après nous avoir montré chaque posture, elle passe sans cesse près des élèves, rectifie le placement, donnant perpétuellement des indications pour que nous atteignions la meilleure posture possible pour nous.
Curieusement, mon corps qui râlait depuis ce matin commence à être chaud, à suivre le rythme.
Vient le moment redouté, celui où l’on va travailler mon point faible : les abdos ! Je découvre avec surprise que mes abdos occupent une large place dans mon corps ^^, loin de se cantonner à la région du bidon, je les sens se tendre du pubis à la cage thoracique, presque d’un seul tenant, c’est comme si le corps se densifiait. Etrange sensation plutôt exaltante car on se sent fort…

10h45 ? Je perds la notion du temps –
On va faire la première posture, celle de l’équilibre sur les mains : Adho Mukha Vrksasana. Je suis en binôme avec une adorable jeune prof de Yoga (parfait pour me rassurer), Daphné.
J’ai pratiqué cette posture 2 fois auparavant avec Cécile Doherty-Bigara, pas super à l’aise mais suis en terrain connu.
Ici la technique d’entrée dans la posture est différente, on ne lance pas la jambe en l’air, avec une sorte d’élan, mais on monte sur le mur. Il faut être suffisamment près pour que les pieds ne glissent pas. En mode mini Spiderman. Amusant à faire et ça marche !
Le travail préparatoire a été incroyablement efficace, le corps est densifié, fort, comme… différent.
Aucune pétoche ressentie, Daphné me dit que je suis bien placée, mais le mur reste mon ami, je préfère le garder juste derrière moi.

C’est reparti pour un travail en profondeur sur le corps, la chaleur monte mais curieusement la fatigue a disparu. Est-ce l’excitation d’avoir « réussi » la posture ou le Forrest Yoga qui commence à faire clairement son effet ?

 

 

Sur terre tu redescendras

11h30 ? – C’est au tour de la posture du corbeau, bakasana. Je suis excitée comme un acarien au salon de la moquette ! J’adore cette posture ! Jamais réussi à la faire, mais je la trouve très belle.
Amie nous donne un truc : les briques ! Pour entrer dans la posture on peut s’aider en plaçant des briques sous les pieds pour se surélever. Elle propose plusieurs placements de genoux, appuyés sur le bras, en dehors… Voilà c’est bon, je pense avoir l’illumination, avoir trouvé ce put… de chemin qui me permettra de faire enfin cette posture qui a l’air si simple, je vais y arriver !
Ben pas du tout…
Les briques c’est une aide géniale mais il me manque quelque chose… Je bascule vers l’avant, c’est déjà ça, sans les briques je n’y arrivais pas, mais impossible de garder l’équilibre, je retombe vers l’arrière, en mode balancier.Frustration.

Puis vient le tour de Parsva Bakasana : posture du corbeau latéral. Alors là, même pas la peine. J’ai l’impression qu’il me manque un os ou un muscle ! Rien, même pas un début de posture… Je regarde rapidement autour de moi, il me semble qu’une seule élève sur les 15 y parvient (on se rassure comme on peut). Pour cette posture c’est clair, je n’ai pas intégré ne serait-ce qu’un début de chemin. Enervement.

Pour certaines postures, un peu challenge, je suis souvent déçue car les profs n’ont pas forcément le temps de venir corriger tout le monde, de montrer le petit truc en fonction de son propre placement qui fera que hop la magie opère ou pas… Si l’on veut vraiment travailler certaines postures avec un prof, il faut sans doute seulement quelques élèves 4-5, voire un cours particulier, adapté à notre corps et notre esprit car le mental joue énormément. Mais d’un autre côté cela priverait de l’énergie du groupe qui est très porteuse.
Si je veux y arriver un jour, il va falloir que j’explore une méthode qui marche quasiment à tout les coups le : travail personnel.

 

 

Te ficher la paix tu choisiras

Je crois que je vais suivre le conseil d’Amie et faire taire, du moins essayer, la petite voix qui me juge sans cesse « ouhhhh tu n’y arrives pas ! ».
Et un jour j’y arriverai… ou pas ! Mais j’aurai découvert mes limites et me serai entrainée par la même occasion à quelque chose d’extrêmement difficile : la bienveillance envers soi-même.

Le Forrest Yoga tu kifferas

En résumé le Forrest Yoga se déroule dans une pièce chauffée (29° pour les puristes) afin de garantir la sécurité des muscles, échauffement progressif, on reste longtemps dans les postures, important travail de la sangle abdominale. On pratique en conscience pour adapter en sécurité chaque posture, en prenant en compte nos blessures physiques et émotionnelles, le Forrest Yoga attache une grande importance au respect des limites. Chacun est différent.
Cet atelier m’a permis de découvrir une excellente prof, Amie Mouneimné, dont la transmission correspond parfaitement à mon côté scolaire : elle explique en détail les postures, très technique mais accessible dans ses explications. C’est certainement l’un des cours les plus intenses que j’ai pratiqué.
Si je l’ai trouvé très physique, curieusement je n’étais absolument pas fatiguée l’après-midi. Loin d’être vidée d’énergie, c’était plutôt le contraire. Idem les jours qui ont suivi, une super pêche et la sensation d’être unifiée avec un corps puissant, une sorte de force intérieure très sécurisante.
J’avais un peu peur pour les 3h mais finalement, le temps s’est écoulé comme par magie (sans faire de pause).
Petite découverte : Moi qui déteste avoir chaud, qui suis très rapidement en mode rouge-tomate, durant cet atelier la chaleur fut une sorte de carburant interne, pas d’une déperdition d’énergie comme c’est parfois le cas.

 

Si vous souhaitez participer à un stage avec Amie Mouneimné
www.asanayogastudio.com
Flexions arrières – 24 mars 2018
10h-13h – 45 €

Postures d’équilibre et d’inversion  – 2 juin 2018

10h-13h – 45 €

 

Le Forrest Yoga me semble idéal pour celles et ceux à la recherche d’un yoga intense
Il doit certainement dessiner très rapidement le corps (et le mental)

 

débuter le yoga

J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre
Nelson Mandela

 

J’ai testé l’atelier Forrest Yoga « Equilibre & Inversion » avec Amie Mouneimné
4.1 (82.86%) 21 votes

Le yoga Vinyasa avec Mika de Brito

Mika de Brito. C’était la star attendue du Festival Sound Yoga au Domaine du Taillé. Je n’ai pas été déçue. Un enseignant de yoga incroyable et une personnalité délicieusement atypique !

Le yoga Vinyasa avec Mika de Brito
4.3 (86.67%) 6 votes

Bilan stage Yoga Vinyasa, avec Cécile Doherty-Bigara, au Domaine du Taillé

Attention, je vais clairement être en mode Oui-Oui / Bisounours.
Tout était parfait.
Le yoga avec Cécile, les stagiaires, l’organisation, l’hébergement, la bouffe…
Aucune fausse note.
Ah si le temps… le 2ème jour il a plu et le 3ème jour on gelait (pourtant le 1er mai !)

Combien a coûté le stage ?
Prix payé pour un hébergement de deux jours (deux nuits) en pension complète : 144 euros + 230 euros le stage de yoga + une centaine d’euros de trajet (péages + essence) en partant de Toulon.
Soit un peu moins de 500 euros.
3 jours de stage, mais concrètement 48h (arrivée vendredi début aprem, départ dimanche début aprem) pour un séjour idyllique, avec le sentiment d’avoir déconnecté pendant une semaine.
C’est une somme, certes, mais je ne regrette vraiment pas. C’était magique.

Le séjour au Domaine du taillé

Les photos du site étaient belles mais quand on arrive c’est au-delà de beau.
Toit de chaume, petits chalets dans la forêt, yourte avec vue panoramique. Un paysage verdoyant et sauvage. Idyllique.
J’avais cependant une légère appréhension… J’avoue ne pas être trop « roots », j’aime mon petit confort, le chauffage, un peu obsessionnelle sur l’hygiène et là, douches et toilettes communes, version camping, cela représentait une violente sortie de route de ma zone de confort.
Soulagement. A l’image du reste du Domaine : douche et toilettes communes impeccables ! Proprissime !

Le chalet/cabane est spartiate mais suffisant : propre, simplement et joliment décoré. Un peu régressif, j’ai eu l’impression d’habiter dans la maison des 3 petits cochons.

Le personnel du domaine du Taillé : adorable.
Mention spéciale pour la cuisine : loin du cliché du yogi qui se nourrit des graines et de tofu bouilli, une cuisine qui nous a fait exploser les papilles avec des produits frais et préparés maison. Succulent.
Comme quoi il est possible d’être végétarien et de se régaler (dédicace à Cédric 😉 ).
Le tout préparé au délicieux son des éclats de rire des cuisinières. On était à la limite du dessin animé, avec les gens souriants, heureux d’être là, de bosser. Cela change de nombreux établissements du Sud de la France (suis Marseillaise vivant à Toulon…).

www.domainedutaille.com

L’enseignement du Yoga Vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara

Je connaissais Cécile via son blog. Certains posts et vidéos avaient eu un profond écho en moi. Découvrant, par la suite qu’elle était prof de yoga et organisait des stages, j’ai eu envie de voir ce que sa philosophie de vie pouvait donner dans une pratique.
Je n’ai pas été déçue, Cécile est non seulement excellente prof de yoga, mais également une belle personne, empreinte d’humanité, de bienveillance. Toujours à l’écoute, dans le don et le partage. Ses mots sont souvent un véritable baume pour l’âme et une aide précieuse à la réflexion personnelle. Comme pour la pratique de yoga, elle propose des « pistes », à chacun de faire le chemin qui lui convient, une ligne directrice : respect et amour de soi.

J’avais aussi fait ce stage pour découvrir le Vinyasa (gag). Coup de cœur. A la fois intérieur et délicat mais aussi intense, physique, le yoga Vinyasa me convient bien, reste, comme toujours à trouver la bonne prof dans ma ville…
Trouver le yoga qui nous convient est une chose, mais, à mon sens, l’élément déterminant d’une pratique de yoga épanouissante c’est l’enseignant. Avis aux chanceux toulousains, Cécile est prof dans votre ville !

www.lepalaissavant.fr

Les stagiaires

Au début du stage, il y a eu, ce qu’on appelle un cercle d’ouverture où chacun, un peu gêné, s’est présenté en quelques phrases, a exprimé ses attentes. Histoire de faire un peu connaissance. Puis, après le dernier cours, un cercle de fermeture où nous avons pu poser nos dernières questions à Cécile sur des détails de posture. Ensuite, chacun a parlé, a partagé son expérience du stage, et, volontairement, a mis un petit bout de son cœur au milieu du cercle. Emouvant.
Comme l’a dit une stagiaire, même si n’avons pas pu échanger longuement avec tout le groupe, on a beaucoup parlé, on s’est beaucoup souri, nous étions heureux d’être ensemble.
Partage, voilà le mot si je devais résumer ce stage.
Il est étonnant de voir la manière dont tout le monde est allé à l’essentiel, pas de faux semblant, de blabla sociaux, on a parlé de choses qui touchent, en toute simplicité.

La joie. C’était le thème de ce stage.
Nous l’avons tous profondément ressenti 😀

 

Une très belle expérience humaine, avec pour maître mot : PARTAGE

 

 

débuter le yoga

Tu n’y verras clair qu’en regardant en toi.
Qui regarde l’extérieur rêve. Qui regarde en lui-même s’éveille.
(Carl Gustav Jung)

Bilan stage Yoga Vinyasa, avec Cécile Doherty-Bigara, au Domaine du Taillé
4 (80%) 5 votes

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 3

Yoga Vinyasa Cécile Doherty Bigara

Dimanche. 6h15. Yoga Vinyasa. Gloups.
Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, miracle morning…
Hmmmmmmm… Ouais c’est ça…

6h30 : je m’extirpe du lit
6h40 : débarbouillage
6h55 : verre d’eau chaude cher à l’ayurveda (pour le transit)
6h58 : déboulage à bout de souffle dans la salle de pratique (ouf je ne suis pas la dernière…)
7h00 : Assise en tailleur, je me rends compte que j’ai gardé mon bas de pyjama…

7h01– Pâté intersidéral. Corps raidi par le froid.
C’est super de se lever avec le soleil, si le vent glacial ne soufflait pas si fort, j’entendrais les mignons petits oiseaux chanter…
Je me rémémore quelques images de « Kung Fu » et « Petit scarabée » sur la volonté, la force psychologique, le domptage du corps par le mental…

Kung fu yoga
Mais en fait, non… pas envie, d’être forte, d’avoir de la volonté, d’améliorer mon yoga,…
Là tout de suite, je m’en fiche… Juste envie d’aller petit-déjeuner de grosses tartines pleines de vilain gluten et de me recoucher le chauffage à fond, en mode larve heureuse.
Mais non, je reste.
Cécile nous propose de nous « chauffer » avec Kapalabhati, une respiration qui fait monter le feu, qui réchauffe. Incroyablement efficace, je retrouve, une température interne de quasiment 37°.
On commence par des salutations au soleil, histoire de dérouiller le corps. Habituellement je touche le sol avec les doigts, mais là mes mains s’arrêtent au niveau des tibias, j’ai l’impression d’avoir un corps de pierre, j’ai tout perdu…
Régression. Découragement.

Salutation au soleil yoga

Salutation au soleil (Surya namaskar)

Puis les postures s’enchainent, les pensées se bousculent (pas envie, froid, sommeil), on monte en puissance et je sens mon corps courbatu me donner des signaux de saturation, mes jambes tremblent, 2/3 respirations me semblent une éternité.
Mon mental me dit que « y’en a marre, c’est bon là, tu t’aies prouvé que tu pouvais le faire mais maintenant « tout le monde » (corps-esprit) est fatigué et faudrait voir à lâcher un peu l’affaire… ».
Et soudain, sous l’impact doux et lancinant de la voix de Cécile, « tout le monde » se tait. Silence radio interne. Trop bien. Peu à peu je me cale sur la respiration ujjayi et j’entre dans le flux, le flow. Une douce symphonie silencieuse intérieure s’installe, la magie du yoga Vinyasa opère.

Le moment présent est simplement parfait

Toute la séance aboutit pour la posture de l’équilibre sur les mains, Adho Mukha Vrksasana. Les postures inversées sur les mains ou la tête sont très anxiogènes pour moi. Jusqu’à ce que je fasse de l’ashtanga et que les pompes yogiques développent une certaine force, j’avais du jus de navet dans les bras et les épaules. Même si ma force s’est accrue, même si je sais que c’est une question d’équilibre et pas de puissance, mon cœur, à l’idée de cette posture, fait un battement sur 2.
Gros flip… Je me raisonne, me rassure car nous sommes toujours en binôme, l’autre étant là pour nous maintenir le bassin, stabiliser la posture…
Mais quand même… c’est psychologique.
Bon je me lance, respiration suspendue. Incroyable sensation. Ça tient. Pas seule, mon binôme me maintient mais la verticalité donne une incroyable sensation de puissance, d’équilibre, d’un autre point de vue. C’est donc possible.  Le mental a lâché, même si la posture est « aidée », je la sens, avec du travail, à ma portée. Technique oui, mais avant tout confiance. Dépasser mes limites, mes petites limites, mais sortir une fois sortir de ma zone de confort me procure une bouffée d’euphorie.
Tout à mon stress, je n’ai pas regardé les autres mais soudain j’entends une jeune femme paniquer, pleurer un peu. Elle ne s’est pas fait mal du tout, impossible, les postures sont très assurées, mais la tête en bas est insécurisant pour certains (dont moi), très stressant. Ne pas avoir les pieds sur terre n’est pas anodin et nous avons tellement travaillé sur le corps, fait « lâcher » des tensions que l’émotion remonte facilement à la surface, tout le monde est, non pas à fleur de peau, mais très sensible. C’est ça aussi le le yoga, se défaire de certaines cuirasses, certaines limites physiques et psychologiques très encombrantes.

La pratique se termine. Heureux, détendus, sereins et affamés !

 

 

Merveilleuse prof, merveilleux enseignement, merveilleuses rencontres coeur à coeur. Un stage inoubliable !

 

débuter le yoga

Croyez en vous-même et en tout ce que vous êtes…
Sachez qu’il y a quelque chose à l’intérieur de vous qui est plus grand que n’importe quel obstacle

Christian Larson

 

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 3
4.5 (90%) 4 votes

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 2

10h – C’est reparti avec la merveilleuse Cécile Doherty-Bigara : nouvelle pratique de Yoga Vinyasa. Nous allons travailler sur le cœur. Les postures s’enchainent donc pour nous faire ouvrir le haut du corps. Une sorte de mémoire posturale s’active…

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 2
4.7 (93.33%) 3 votes

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 1

C’était une grande première pour moi. Mon petit Koh Lanta perso.
Je partais SEULE à un stage de yoga. Du Vinyasa.
3h20 de trajet seule. 3 jours seule, sans amies sur place, ni même une vague connaissance.

Mon stage de yoga vinyasa avec Cécile Doherty-Bigara – Jour 1
5 (100%) 2 votes

J’ai fait un stage yoga avec Laurence Gay et j’ai adoré !

Il y a toutes sortes de stages de yoga, ceux qui « rentabilisent » le temps en multipliant les postures comme si le prof voulait en donner pour son argent aux élèves et il y a les autres… Il y a le stage de Laurence Gay.

La semaine dernière j’ai participé à « La structure et le flow 2 » à Marseille et j’ai adoré !

Laurence fait partie de ces profs qui transmettent vraiment, elle intériorise, elle explore, elle permet à son élève d’aller au fond de lui-même.

laurence-gay-stage-yoga-4

On prépare le corps

Loin de se jeter, pour s’échauffer, dans la traditionnelle « Salutation au soleil », Laurence commence par préparer le corps, on expliquant de manière simple et facilement visualisable, ce que nous allons faire et ce que nous allons ressentir.

Pour ce stage nous allons « ouvrir le haut du corps » (le « bas » avait été travaillé dans le stage précédent).

Nous apprenons à placer correctement nos mains, à répartir le poids de notre corps, à sentir le point d’équilibre, à ouvrir « réellement » les épaules…

Laurence Gay yoga

Un découpage qui change tout

Tout ce temps appliqué à sentir morceau par morceau notre corps, notre force, notre équilibre et soudain ! Une révélation.

Les postures habituelles telles que le « petit toit » ou « le cobra » prennent une toute autre densité, je vais beaucoup plus loin, je ne comprends plus la posture, je la ressens et c’est toute la différence, incroyablement, inhabituellement, mon corps se déploie sans effort.

Le positionnement de mon corps n’est pas « parfait », loin s’en faut, la prof de yoga avec qui je suis en binôme pour certains exercices est beaucoup mieux placée, mais qu’importe, je fais avec mes capacités, avec de nouvelles capacités…

Laurence Gay yoga

Le corps se déploie et découvre la posture

Presque 4h (avec une pause gourmande) s’enchainent au rythme de la voix de Laurence qui ne cesse jamais d’expliquer les postures en découpant les différentes étapes, des descriptions anatomiques simples, ce vers quoi nous devons tendre. Elle nous guide inlassablement et, chacun à sa façon, dans le respect de son corps, arrive à une destination qui lui est propre.

laurence-gay-stage-yoga-7

Un nouveau champ de compréhension corporelle pour des progrès visibles

En yoga, selon notre corps, nous entrons plus ou moins facilement dans certaines postures, personnellement les torsions ne me posent pas trop de problème tandis que les postures sur le ventre comme l’arc, la sauterelle me sont très difficiles.

Je crois avoir enfin compris pourquoi. Je n’entre pas dans la posture, je me jette dedans, je la mime, sans vraiment connaître ni préparer le chemin qui y conduit…

Et c’est toute la différence avec Laurence, grâce à son découpage et à sa préparation corporelle minutieuse, elle montre au corps comment prendre le chemin qui amène au but : la posture.

Je n’ai pas fait de nombreuses postures mais celles que j’ai faites, je les ai intensément ressenties, puissamment vécues. Mon cobra, habituellement à peine décollé du sol, était nettement plus dressé et ce, sans tension, presque sans effort.

Ravie, ravie, ravie !

Courbatue le lendemain sans être cassée, j’ai ressentie une incroyable « puissance » dans mon corps, mais une force tranquille, pas de celle qui semble venir de l’excitation, de l’agitation des muscles que l’on sent tout contractés, mais au contraire une sorte de déploiement musculaire très agréable.

Une puissante force tranquille, l’impression d’être plus grande, plus allongée.

Le top !

La structure et le flow est un stage « pour les débutants qui veulent prendre le temps de comprendre le yoga en mouvement ou pour les yogis qui ont gardé une âme de débutant et qui souhaitent revisiter les bases ».

Débutants, confirmés ou profs, la transmission de Laurence Gay est telle que tout le monde sort de ce stage grandi dans sa pratique.

Bonne nouvelle pour les sudistes, Laurence vient s’installer sur Marseille !

www.laurencegay.com

J’ai vraiment adoré ce stage, plus qu’une prof, Laurence Gay est un guide vers le yoga, elle permet d’activer une sorte de force intérieure qui nous connecte au corps d’une manière très inhabituelle et très efficace.  Progrès assurés.

 

débuter le yoga

Croyez en vous-même et en tout ce que vous êtes…
Sachez qu’il y a quelque chose à l’intérieur de vous qui est plus grand que n’importe quel obstacle
Christian Larson

 

J’ai fait un stage yoga avec Laurence Gay et j’ai adoré !
5 (100%) 1 vote